Trilogie

Cultural ,  Exhibition at Versailles
Manuel Martinez
Manuel Martinez
Michèle Duchêne
Michèle Duchêne
Sabine Jeannot
Sabine Jeannot
  • Michèle DUCHENE, Sculpture : Entre peinture et sculpture
    Michèle DUCHÊNE façonne un peuple féminin de papier, un médium qui lui donne une liberté d’expression qu’elle a longtemps cherchée. Le soleil et le vent du sud sont les seuls éléments dont elle a besoin pour finaliser ses sculptures. Devant la porte de l’atelier, une rangée de silhouettes comme
    une armée silencieuse, immobile, semble scruter le ciel. Des figures à peine ébauchées, d’autres déjà bien avancées sèchent et durcissent lentement. La pâte confectionnée à base de papiers journaux broyés et délavés, colore ses personnages d’un gris ciment et leur donne l’allure de statues de pierre.
    Ils se précisent peu à peu et font preuve d’une grande présence. Michèle Duchêne traverse la pièce et pose l’une de ses « poupées » sur le plan de travail. C’est ainsi qu’elle les appelle, sans complexe, sans calcul discoureur. Il serait injuste de ne pas parler du travail de la couleur qui vient finaliser ses
    créatures de papier : des centaines de petits bouts de papiers récoltés dans des magazines, déchirés et méticuleusement répertoriés par coloris ou des blocs texte et typo qu’elle utilise comme texture.
    Michèle Duchêne les utilise comme un peintre se sert de sa palette. Elle confectionne avec de somptueuses textures la surface qui va donner tout son sens à ce monde entre deux étapes de vie : plus tout à fait l’enfance, pas encore l’adulte. C’est de la sculpture avec, en plus, la même force évocatrice que possède la peinture. Deux disciplines que Michèle Duchêne a toujours affectionnées. La boucle est bouclée. Ses sculptures sont empreintes d’une nostalgie lointaine et révèlent la satisfaction d’un bonheur enfin
    retrouvé.
    « Renouer avec le plaisir simple de l’invention, façonner la pâte, sentir la sculpture prendre forme et finalement m’émerveiller d’avoir su rajouter une présence issue de moi dans l’espace… Voilà mon plaisir. »


    Sabine JEANNOT, Technique mixte : Entre peinture et photo
    Sabine Jeannot est une artiste confirmée originaire de Versailles, revenue vivre dans la Cité royale après plusieurs années passées à Singapour puis Oslo. Passionnée et sensible, Sabine Jeannot aime les nouveaux défis et partir à la rencontre de l’autre, dans sa singularité. Diplômée d’une école d’art à Paris, elle a été directrice artistique en agences de publicité, puis créatrice de chapeaux haute couture sur mesure, avec en fil rouge la conviction que « chacun est différent et c’est cela qui est beau. » Ce qui l’intéresse, c’est de placer l’humain au coeur de ses créations, il est sa source principale d’inspiration. Son arrivée en Asie en 2006 marque pour elle un tournant : loin de la France et de ses racines, elle gagne en confiance, en maturité, et ose faire émerger une nouvelle forme d’art, la sienne, en s’inspirant de son nouvel environnement.
    Elle construit des tableaux à partir d’un jeu de superpositions d’éléments photographiques. A travers cette démarche artistique, la photo devient pour Sabine Jeannot la matière de base, une terre glaise qu’elle façonne et manipule à son gré. Dépassant le procédé de la juxtaposition, l’artiste utilise les libertés du numérique pour aller de plus en plus loin dans la création. Sa palette de couleurs est faite de photographies prises en extérieur à différents moments de la journée et par tous les temps. Pour composer ses couleurs, Sabine Jeannot « shoote » tous azimuts et collecte toutes sortes d’images de forêts, de mer, de foules, d’éléments urbains… selon son inspiration. C’est ainsi
    que ses noirs sont des fragments de nuits étoilées, ses bleus des reflets de mer chatoyants ou de neige scintillante, ses verts des éclats de feuillage d’arbres: la nature lui offre une incroyable palette, mouvante et vivante, aux nuances infinies. C’est en proposant différents niveaux de lecture que Sabine Jeannot suggère dans ses tableaux des émotions et des questions, comme si elle préférait faire ressentir le spectateur plutôt que de lui imposer une vision. Elle ne montre rien directement, elle invite. « Dans notre société, il faut tout exprimer en une seule phrase, un seul sentiment. Or, la synthèse ne permet pas de tout dire… C’est pourquoi j’aime proposer différents niveaux d’interprétation de mes oeuvres, différentes directions, pour être plus juste, plus riche. »
    Il faut donc s’approcher des tableaux de Sabine Jeannot pour discerner quantité de détails invisibles au premier regard : des arbres, des bâtiments, des personnages, de la neige, l’artiste elle-même photographiée en miroir… Les images s’adressent à l’inconscient de chacun. Certains ne voient que la dimension abstraite, d’autres distinguent les éléments figuratifs, portraits, gros plans ou scènes de vie. « J’ai envie de surprendre, que le tableau vive différemment chez chacun, de sorte qu’il devienne unique pour toute personne qui le contemple… »

    Manuel MARTINEZ, Peinture : Entre peinture et chaos
    Manuel MARTINEZ est un peintre inclassable. Véritable trublion de la peinture, il aime casser les codes et se moque des modes et des tendances. Il invente un vocabulaire qui lui est propre et l’assume pleinement. Parce que la toile blanche est, au-delà de sa forme, un espace qui l’aspire et l’angoisse, il cherche une parade et la trouve, pour notre plus grand bonheur. C’est un narratif. Il raconte une histoire qu’il exprime avec force, mélangeant les plans, jouant avec le graphisme et les aplats, contrariant les couleurs, créant des ombres portées et des perspectives improbables. Tout semble flotter dans l’espace. Nous ne voyageons plus en mode plan, mais en travelling. Cette
    apesanteur donne au sujet, parfois grave, toute sa légèreté et nous mène à une lecture poétique de l’oeuvre. Son sens aigu de la couleur en aplats denses est un hymne à l’évasion. Cette technique permet de mettre en valeur les personnages, traités en semi-réalisme. Ils vivent, bougent, parlent ou
    pensent. Cette peinture, vibrante et terriblement actuelle est une vraie découverte, un réel coup decoeur de la galerie qui lui consacre cette première exposition.
  • Spoken languages
Add a review

Leave a review about Trilogie :